Pour exercer le métier de lotisseur, il faut avant toute chose avoir effectué un parcours universitaire correspond, notamment un cursus en agencement foncier. Pour se perfectionner et atteindre le niveau supérieur, il est possible de poursuivre jusqu’au master. En outre, le lotisseur doit être à l’aise en tout ce qui concerne l’aménagement, il faut également maîtriser le droit foncier et avoir une connaissance approfondie en urbanisme. D’ailleurs, la plupart des lotisseurs disposent d’un diplôme d’urbaniste. En dehors des connaissances et des expériences en tant qu’expert urbain, il est aussi essentiel de posséder des connaissances générales en économie et en gestion, qui lui seront utiles pour déterminer la rentabilité de chaque projet. Avoir de bonne qualité relationnelle participe également à la réussite d’un lotisseur.

Les compétences nécessaires et le cursus scolaire

Le lotisseur est une personne chargée de plusieurs responsabilités. Son métier consiste également à connaître les besoins du terrain qu’il a acheté afin de déterminer les modifications nécessaires. Néanmoins, afin qu’il puisse être capable de déterminer avec précision ce qu’il faut changer ou ajouter sur le terrain, il doit acquérir certaines connaissances indispensables à la discipline.

Travailler comme lotisseur s’imagine déjà après le baccalauréat. Effectivement, la profession exige d’avoir des compétences scientifiques, dans le parcours académique et des connaissances du terrassement dans le parcours supérieur. Seules les personnes possédant au moins le diplôme de master peuvent prétendre au titre de lotisseur. En effet, le travail de lotisseur est un travail difficile, nécessitant beaucoup de calculs et une bonne organisation, seules les personnes bien formées peuvent pratiquer ce métier.

Si vous voulez devenir lotisseur, continuez votre cursus scolaire vers les branches de l’agencement, du terrassement, de l’architecture, etc. Le but ultime étant d’arriver à décrocher un master.

Des connaissances approfondies sont nécessaires

Quand le diplôme est enfin en poche, rien ne sert de se presser pour acheter un terrain, même si on dispose les fonds nécessaires. Il existe encore quelques formations en aménagement qu’il faut suivre pour étoffer les connaissances du futur lotisseur. Ces formations ne sont pas obligatoires, mais constituent une des étapes nécessaires pour les débutants. Une sorte de complément du cursus permettant la transition entre la théorie et la pratique, comme un stage professionnel.

Si le lotisseur est engagé par une société de lotissement, il se pourrait que ce soit cette société elle-même qui organisera une formation dans le but d’aider ses futurs employés. Par contre, si le lotisseur pratique son métier en indépendant, il peut toujours chercher quelques formations à court termes, assister à des conférences, etc.

Le statut du lotisseur

Une fois les connaissances et l’expérience acquises, vous pouvez maintenant vous déclarer en tant que lotisseur. Les travailleurs indépendants ont un statut d’auto entrepreneur et payeront régulièrement d’impôt auprès de l’État. Pour les personnes engagées par une entreprise, elles obtiendront des papiers de déclaration légale stipulant qu’il est un lotisseur dans telle ou telle société. Sans ces papiers, aucune personne ne pourra prétendre être un lotisseur.

LEAVE A REPLY